[./index.html]
[./atelier.html]
[./page-2.html]
[./formation.html]
[./atelier-situation.html]
[http://www.sylbilsculpture.com]
[Web Creator] [LMSOFT]
Fonderie d'art du couserans
Route du col de la core
Arrien en Bethmale  09800
Marc Lebreton
Tel: 0561964585
fonderie.lebreton@orange.fr
L'art de fondre et mettre en forme le cuivre et le bronze remonte à la plus haute antiquité ( 3000 ans avant JC ) .
Si aujourd'hui le matériel utilisé a évolué (fours modernes, matériaux réfractaires....), les fondeurs continuent néanmoins à travailler de la même façon que les fondeurs de l'Antiquité, du Moyen-âge ou de la Renaissance. 
  
 La technique à cire perdue
Principe:
Le point de départ est toujours un modéle en cire enrobé d' un matériau réfractaire donnant naissance à un moule réfractaire destiné à recevoir le métal en fusion.
Le moule est  passé au four pour faire fondre la cire et évacuer l'humidité. 
La cire fondue laisse dans le moule réfractaire une empreinte en creux remplacée ensuite par le métal en fusion épousant la forme originale du modéle en cire.
Le moule réfractaire est cassé, opération dite de "décochage",  laissant apparaitre la piéce en métal brute de fonderie, réplique exacte du modéle en cire du départ.
La piéce brute de fonderie est enfin usinée et patinée.

Quelle que soit la taille des pièces à réaliser (de quelques grammes à plusieurs centaines de kilos), la cire coulée est toujours en exemplaire unique. En effet, chaque pièce nécessite une nouvelle cire, d'où l'appellation "cire perdue".
D'autre part, chaque cire demande à être enrobée d'un moule réfractaire brisé aprés chaque fusion, d'où l'appellation "moule perdu". 
Pour le tirage de pièces en plusieurs exemplaires, il faut réaliser un moule en élastomère qui permet de reproduire autant de cires que l'on désire de pièces et autant de moulages réfractaires qu'il y a de modéles en cire.
  
Nappage de cire dans un moule élastomère sur gyroscope.
Cire (recto) suspendue dans le gyroscope aprés son tirage dans le moule élastomére.
  
Cire (verso) sur gyroscope avec les artifices de fonderie (jets, évents).
Cire (recto/verso), toujours sur gyroscope, recouverte du matériau réfractaire. La mise en oeuvre est faite au pistolet. Dans l'atelier le procédé silicafusion est utilisé pour réaliser le moulage réfractaire de type carapace. Les photos gauche et centre montrent la premiére couche du moulage, la photo de droite expose le moulage terminé qui recevra 150 kg de bronze.
   
  
 La cire enrobée de sa gangue réfractaire est mise dans un four. La cire va fondre et laisser son empreinte en creux, laquelle sera comblée par le métal en fusion.
Le moule réfractaire doit cuire aux environ de 750°C pour éliminer humidité et résidus carbonés laissés par la cire et durcir le matériau réfractaire.
  
Le moule est sorti du four aprés le décirage (photo centre) puis ensablé pour compenser la pression du métal en fusion (photos de droite).
 Le métal en fusion versé dans l'entonnoir de coulée (photo de droite) remplit l'empreinte laissée par la cire fondue.
  
Le moule est cassé et définitivement perdu, opération dite de décochage, pour sortir la pièce dite « brut de fonderie »(photo de gauche) couper les jets de coulée (photo centre) puis, si nécessaire, assembler les différentes sections ( photos centre et droite).
  
 la pièce est ensuite polie ou  patinée selon le rendu désiré.
  
A l'atelier un gyroscope est souvent utilisé pour le nappage de la cire dans le moule en élastomére surtout pour des piéces de grandes dimensions, méthode plus rapide que le passage de la cire au pinceau. Ici à titre d'exemple, le socle pour un monumental.
"Abélard et Eloise" Hauteur 2,26 m
Sculpture de Sylviane et Bilal Hassan

Fondeurs: Bilal & Marc Lebreton